Kanso

Kanso est une petite ville de 800 habitants, l'une des plus anciennes de la commune rurale de Niéna (Ganadougou), située dans la région de Sikasso, la région la plus méridionale du Mali. La population est composée de Bambaras et de Peulhs, deux ethnies qui cohabitent en parfaite harmonie et entretiennent de très bonnes relations avec les villes voisines.

Kanso est situé en bordure d'une vaste plaine, inondée pendant la saison des pluies, où deux rivières forment des lacs. C'est une terre très propice à la culture des rizières, bien qu'elle ne soit pas exploitée. L'activité principale de la population est l'agriculture, avec quelques activités secondaires qui leur permettent d'obtenir des revenus supplémentaires.

Kanso n'a ni école ni centre de santé. Oui, il y en a à Bazana, une ville voisine. Cependant, la rivière et la vaste zone marécageuse qui séparent Kanso et Bazana rendent très difficile les déplacements entre les deux villages, en particulier pour les étudiants et les femmes qui vont accoucher. Nougomé est une autre ville voisine qui possède une école, bien qu'elle soit également séparée par une rivière.

Les femmes de Kanso effectuent des travaux horticoles dans la plaine, mais dans une mesure très limitée car elles n'ont pas de périmètre clôturé pour empêcher les troupeaux libres de passer. S'ils parvenaient à développer cette activité, ils pourraient s'approvisionner en légumes (tomates, oignons, aubergines, choux, etc.) qu'ils pourraient également vendre dans les villes voisines et sur le marché de Niéna.

 

La zone est riche en végétation, et autour du village il y a de nombreux karité et manguiers. Les femmes ramassent des noix de karité pour produire du savon pour leur propre usage. Ils les vendent également à des commerçants (principalement burkinabés) qui les utilisent pour la production de crème de karité, très appréciée pour la fabrication de cosmétiques. Pour leur propre production, les femmes utilisent des méthodes traditionnelles qui demandent de gros efforts. Une décortiqueuse serait une grande avancée pour eux, car elle leur permettrait d'améliorer la qualité et la quantité du beurre produit.

Le principal problème de Kanso est l'éducation. Pour aller à l'école à Bazana, les enfants doivent parcourir 5 km chaque jour à l'aller et au retour, traversant la rivière. Les heures de cours sont le matin de 8 h à 12 h et l'après-midi de 15 h à 17 h. Comme il n'y a pas de cantine scolaire, les élèves doivent emporter de la nourriture chez eux. La fatigue due à la distance à parcourir et le retour tardif à la maison affectent grandement les performances scolaires des enfants. Les cas d'abandon sont nombreux et la situation décourage les parents d'inscrire leurs enfants à l'école. Seuls 10% des enfants d'âge scolaire sont scolarisés. Pour cette raison, les habitants de Kanso considèrent qu'il est impératif d'avoir leur propre école.

 

Un autre problème dans la région est les mines d'or qui sont à 50 km de Kanso. Le travail dans l'extraction de l'or est devenu la principale activité de la population pendant la saison sèche, provoquant l'abandon des activités agricoles. De plus, de nombreux parents laissent leurs enfants y aller pour gagner leur vie, malgré les mauvaises conditions de travail des mineurs.

Trajes de fiesta

Trajes de fiesta

En la gran celebración oficial de mayo de 2019, sacaron unos trajes ancestrales hechos con plumas, que reservan para las ocasiones extraordinarias.

Tejiendo

Tejiendo

Con algunos niños del poblado, en febrero de 2018.

El pozo del poblado

El pozo del poblado

El agua del pozo que hay en el poblado no es muy potable, aunque la beben.

Fiesta de la pesca

Fiesta de la pesca

En nuestro viaje de mayo de 2017 asistimos a la fiesta de la pesca, en la que participa mucha gente de la zona.

Ilusionados con la escuela

Ilusionados con la escuela

La gente de Kanso está muy ilusionada con la construcción de la escuela (junio 2016).

Ecos de Mali